Vous êtes ici :   Accueil > Robert Broom
 
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Robert BROOM
( 1866 - 1951 )

Broom4.jpgbroom1.jpgJohnT_robinson__broom_1947.jpg

                                                                                                                                       John T. Robinson et Robert broom à Swartkrans 

  • Robert Broom naît en Ecosse en 1866 dans une famille pauvre. Il souffre dans son jeune âge de graves troubles pulmonaires et passe la plus grande partie de son enfance chez sa grand-mère, qui prend des pensionnaires dans la ville de Millport, au bord de la mer. L’un de ceux-ci, un vieux monsieur de 80 ans, s’intéresse à l’histoire naturelle. Lorsqu’il meurt, il laisse son microscope au petit Robert, qui développe alors une véritable passion pour tout ce qui touche à l’histoire naturelle et particulièrement au passé lointain, qui lui avait été révélé sous la forme de coquillages fossiles dans une carrière voisine.
  • Après 4 années de collège, il trouve un poste de laborantin à l’Université de Glasgow. Il finit par s’y inscrire comme étudiant en médecine et passa son diplôme en 1889, avec une spécialisation en obstétrique. Ses compétences médicales lui permettant de subvenir à ses besoins, il parcourt le monde : Etats-Unis, Australie et pour finir Afrique du Sud où il s’installe définitivement, commençant la grande œuvre de sa vie en classant les fossiles de reptiles et de mammifères de la région du désert de Karoo.

 broom__fossiles.jpgbroom__robustus.jpgbroom_bureau.jpgbroom_terrain.jpg

  • En 1925, Broom apprend la découverte de l’enfant de Taung. Il écrit à Raymond Dart pour le féliciter de son article, et, quinze jours plus tard, lui rend visite dans son laboratoire pour tomber « en adoration devant notre ancêtre ».
  • Au cours des années suivantes, la situation personnelle de Broom se dégrade. Il commençe à se faire vieux. Sa grande œuvre sur les fossiles de reptiles et de mammifères est achevée. Les musées et les universités lui sont hostiles, et il commençe à sombrer dans la misère. Quand Dart apprend cela, il écrit aux membres les plus éminents du gouvernement, et, quelques mois plus tard, Broom se voit proposer un poste d’assistant en paléontologie au musée du Transvaal de Pretoria. Il peut ainsi se consacrer entièrement aux fossiles.

 TM1517.jpg          ples1.jpg  ples.jpg

Paranthropus robustus ( TM 1517 )                                                                 Australopithecus africanus : Mrs Ples ( STS 5 )

  • En 1936, Robert Broom entend parler de l’existence de fossiles dans la carrière de Sterkfontein. Il prend contact avec le chef d’équipe de la carrière, un certain Barlow, pour qu’on lui mette de côté tout ce qu’on pourrait trouver. C’est ainsi que quelques jours plus tard, il remet à Broom une empreinte endocrânienne. En examinant les débris, Broom met la main sur les fragments d’un crâne d’australopithèque adulte presque complet. C’est la confirmation de la découverte de Dart dix ans plus tôt.
  • Broom trouve un second type d’australopithèque à Kromdraai en 1938. Il lui parut suffisamment différent pour justifier la création d’un nouveau genre : Paranthropus robustus.
  • En 1947, il trouve à Sterkfontein son troisième australopithèque, la célèbre Mrs Ples, qu’il juge appartenir à une nouvelle espèce qu’il dénomme Plesianthropus transvaalensis (le presque-homme du Transvaal) : Broom avait cru discerner de légères différences avec l’enfant de Taung, et, avec le sens de la propriété qui semble inné aux découvreurs de fossiles, il avait jugé, après quelques hésitations, que ces différences étaient suffisantes pour justifier un nouveau nom. Mrs Ples est maintenant rattaché à Australopithecus africanus.
  • En 1948, à Swartkrans, Broom trouve une mandibule d’australopithèque robuste. Il crée alors une nouvelle espèce, Paranthropus crassidens, aujourd’hui attribuée à Paranthropus robustus.

  sterk_statue.jpgrobustus.jpgP_crassidens.jpg

 La statue de Robert Broom à l'entrée des carrière de Sterkfontein             Paranthropus robustus                                  Paranthropus crassidens               

  • Robert Broom espérait trouver un squelette, mais, bien qu’il travailla avec ardeur jusqu’à son dernier jour, il n’en trouva jamais, pas plus que quiconque d’ailleurs, à cause de la situation des grottes d’Afrique du Sud.
  • En 1951, après avoir écrit les dernières lignes de sa monographie sur les australopithèques, il murmura :  « Maintenant, c’est fini … et moi aussi ». Il mourut quelques instants plus tard, à l’âge de 85 ans.

  

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes


 


Date de création : 04/10/2007 ~ 13:42
Dernière modification : 11/04/2010 ~ 09:24
Catégorie : Paléo-anthropologie - Les paléoanthropologues
Page lue 14419 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !