Vous êtes ici :   Accueil > Afarensis
 
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

L'Australopithèque des Afars

Nom scientifique : Australopithecus afarensis
Holotype : LH 4

 

 Age : de - 4.1 à - 2.9 millions d'années pour l'espèce
Localisation géographique : Ethiopie ( Hadar, Maka, Fejej, Omo ), Kenya ( Chemeron, Koobi Fora ), Tanzanie ( Laetoli )

al444-2rside.jpghadarteeth.jpgAL_333.jpg 

Crâne AL 444-2 ( photographie de W. H. Kimbell ) - Mandibules et maxillaires trouvés à Hadar ( photographie de D. Johanson ) - Crâne AL 333

Découverte :

  • L’espèce Australopithecus afarensis est l’une des plus connues des australopithèques, avec de nombreuses découvertes en Afrique orientale.
  • L’espèce a été nommée par Donald Johanson, Tim White et Yves Coppens en 1978 à la suite des découvertes des expéditions franco-américaines de l’Afar (Ethiopie).

hadar.jpgLH_4.jpg map_aust_sites.gif

La région de Hadar et la mandibule LH4 ( photographie de D. Johanson )

Particularités :

  • L’échantillon le plus connu d’afarensis est AL 288-1 (« Lucy »), un squelette partiel âgé de 3,2 millions d’années, trouvé en novembre 1974 à Hadar.
  • Les afarensis peuvent être séparés en 2 catégories : les précoces (3,9-3.5 MA) et les récents (3,5-2,96 MA). Les afarensis précoces sont représentés par les échantillons de  Laetoli essentiellement, alors que les récents proviennent surtout de Hadar et de Maka.
  • D’autres spécimens importants ont été attribués à afarensis comme les spécimens AL 333 (A.L. 333-105, AL 444-2, AL 129-1A + 1B), les empreintes de pas de Laetoli et l’holotype de l’espèce A. afarensis, LH 4.
  • Certains scientifiques pensent que la mandibule LH4 présentent davantage de ressemblances avec celle d'Australopithecus anamensis qu'avec celles trouvées à Hadar, et qu'il s'agirait donc de deux espèces différentes.

afar1a.jpgafar1b.jpgafar1c.jpgafar1d.jpgafar1e.jpg

Reconstitution du crâne d'un australopithecus africanus, vu sous différents angles

Caractéristiques :

  • Dimorphisme sexuel très important : taille de 1.35 m pour 45 kg chez les mâles et de 1.10 m pour 30 kg chez les femelles.
  • Volume cérébral modeste (de 380 à 430 cc), avec un développement des lobes pariétaux. Voûte crânienne basse.
  • Front étroit, fuyant, avec bourrelet sus orbitaire ; constriction post orbitaire marquée ; crête occipitale.

AL200f.jpgAL200l.jpgAL200_max.jpg 

Maxillaire AL 220-1

 

  • Prognathisme marqué pour le maxillaire ; arcade zygomatique puissante et large.
  • Mandibule robuste. arcades dentaires en V divergent vers l'arrière.
  • Incisives assez développées, canines réduites ( mais encore saillantes chez les mâles ), molaires grandes à couronne large ; émail épais.

AL_129_1ab.jpgMAK-vp1-1.jpgAfarensis.jpg 

Articulation du genou AL 129-1a et AL 129-1b - Fragment de fémur MAK-VP1 - Reconstitution du visage d'A. afarensis 

  • Trou occipital orienté vers le bas mais en position relativement postérieure.
  • Cage thoracique en tronc de cône.
  • Membres supérieurs de taille voisine à celle des membres inférieurs. 
  • Membres supérieurs présentant des adaptations à la vie arboricole : articulation de l’épaule orientée vers le haut, coude verrouillé, mains longues et étroites avec phalanges incurvées.
  • Membres inférieurs présentant des adaptations à la marche ( mais pas à la course ) : bassin court et évasé ; fémur oblique à col long et mince ; articulation du genou lâche et non verrouillé en hyperextension ; pied plat avec gros orteil divergent.
  • Une équipe de scientifiques dirigée par Carol Ward (Chercheur École de médecine de MU), William Kimbel et Donald Johanson (Institut des origines de l'homme, Arizona State University) a publié les résultats de l'étude d'un métatarse du pied d'un Australopithecus afarensis (Science - 10/02/2011).  Cet os, Al-333-160, a été découvert sur le site d'Hadar (Ethiopie) daté de 3.2 millions d'années. Il a pu être comparé au pied d'Homo sapiens qui présente des spécificités anatomiques témoignant des caractéristiques de sa bipédie : en particulier, le pied humain présente une voûte interne entre les orteils et le talon, qui permet l'absorption des chocs liés à la marche et qui forme un point d'appui lors de la propulsion. Les cinq os métatarsiens de l'homme sont donc légèrement courbés pour former cette cambrure.

     
al-333-160.pngos2.jpg
 
  • Le métatarse d'Australopithecus afarensis étudié montre une courbure similaire à celle de l'homme actuel. Cette étude ne porte cependant que sur un seul os métatarsien. Si cette étude est confimée, elle fournirait un nouvel éclairage sur le mode de vie des australopithèques : on pense jusqu'à présent que leur répertoire locomoteur est composé essentiellement d'arboricolisme associé à une bipédie différente de la notre, plus chaloupée. Avec une bipédie plus proche de celle de l'homme, les australopithèques auraient pu parcourir de plus grandes distances pour se procurer leur nourriture dans des environnements moins boisés. Il faudra néanmoins confirmer ces résultats et l'appartenance du métatarsien à Australopithecus afarensis (et non pas à une autre espèce d'australopithèque) par de nouvelles découvertes.
     
angular-relations-of-metatarsal.png

Comparaison des relations angulaires au niveau du métatarse chez différents Hominidés


  • Deux os de Mammifères découverts par une équipe de recherche dirigée par Zeresenay Alemseged, conservateur d'Anthropologie à l'Académie des Sciences de Californie, dans des dépôts volcaniques à Dikika, dans le nord-est de l'Éthiopie, représentent la plus ancienne preuve connue de l'utilisation d'outils de pierre par des homininés. Les fossiles, un fémur de mammifère (une chèvre ou une antilope) et une côte d’un bovin (probablement un buffle) présentent des marques qui suggèrent que des outils de pierre ont été utilisés pour retirer la chair des os et extraire la moelle osseuse. Les résultats de leur datation, rapportés dans la revue Nature n°466, 857-860 (12 août 2010), démontrent que des homininés ont commencé à utiliser des outils il ya 3,4 millions d’années, soit 800 000 ans plus tôt que les plus anciens outils connus auparavant (trouvés à Gona et daté de -2,6 à -2,5 millions d'années). Selon l’auteur, les marques retrouvés sur les os pourraient être l’œuvre d’ Australopithecus afarensis.
  •  


nature09248-f2_2.jpgnature09248-f3_2.jpg

Traces d'outils en pierre sur les fossiles DIK55-2, une côte d'ongulé, et DIK-55-3, un fémur de jeune bovidé
afar.jpg
Reconstitution de l'Australopithèque des Afars
  •  Vie sociale développée avec usage d'outils rudimentaires (bois, pierres ...)

 Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 

 


Date de création : 05/10/2007 ~ 17:30
Dernière modification : 29/10/2012 ~ 14:07
Catégorie : - Les Australopithèques
Page lue 2460 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !