Les pas de Laetoli

Nom scientifique : Australopithecus afarensis ( ? )
Numéro d'inventaire : Laetoli footprints

Age : - 3.75 millions d'années
Localisation géographique : Laetoli ( Tanzanie )

LAETOLI_1.jpgfootprints-big.jpgmary2.jpg map_aust_sites.gif

Les empreintes de pas - Travail sur le terrain - Mary Leakey sur le site

Découverte :

  • En 1976, en Tanzanie, Marie Leakey découvre des empreintes de pas d’animaux conservées dans des tufs volcaniques consolidés et datés de 3,75 millions d’années.
  • En 1978 et 1979, deux nouvelles pistes seront découvertes. L’une d’elles est constituée par trois séries d’empreintes de pas laissées par des homininés, qui seraient des Australopithèques.
  • Ces pistes d'empreintes se sont conservées grâce à une succession de conditions favorables : le dépôt d'une couche d'environ 15 cm de fines cendres provenant de l'éruption du volcan Sadiman ( situé à 20 km ) avant le passage du groupe d'Homininés et des autres animaux, puis une averse légère qui a cimenté la couche de cendre en la transformant en tuf sans détruire les empreintes, enfin le recouvrement de la piste par d'autres dépôts de cendres venus la protéger. Voir une vidéo

mary.jpglaetoli-empreintes-pied.jpgLAETOLI_4.jpgLAETOLI_5.jpg

Mary Leakey en train de dégager une empreinte - Travail sur le terrain - Comparaison du moulage d'une empreinte avec un pied humain actuel

Particularités :

  • Les pistes de pas de Laetoli ont été découvertes peu après les vestiges osseux de Hadar.
  • Elles prouvent qu’il y a au moins 3,75 millions d’années que des homininés pratiquent une forme de bipédie.
  • Les mêmes caractères « non humains » relevés sur ces empreintes avaient déjà été notés sur les os fossiles de pieds découverts à Hadar et à Sterkfontein. On peut donc supposer que les hominidés qui ont marché à Laetoli étaient du genre Australopithèque (sans doute A. afarensis au vu des correspondances géographiques et temporelles).

LAETOLI_3.jpg empreintes.jpg  laetoli_pied.jpg

A gauche et à droite : une des empreintes de Laetoli et son schéma d'interprétation ( comparé à une empreinte d'homme actuelle )

Caractéristiques :

  • Les pas d'Homininés correspondent à trois individus, dont l'un marchait dans les traces d'un autre, ce qui rend difficile la lecture de certaines empreintes. Rien ne permet d'affirmer qu'il s'agissait d'une même famille.
  • La piste de gauche est constituée de petites empreintes bien conservées, de 18.5 cm de long pour une largeur de 8.8 cm. La longueur du pas est de 28.7 cm ce qui correspond à une taille estimée de 1.15 m.
  • La piste de droite est formée d'empreintes plus grandes ( 21.5 cm de long pour une largeur de 10 cm ; longueur du pas de 47.2 cm ; taille estimée à 1.34 m ). Elles sont plus complexes à analyser car abimées par le passage d'animaux et les galeries de termites.

G1_27.jpgG1_33.jpg

  • Le contour de l’empreinte fossile présente des similitudes avec l’empreinte d’un chimpanzé : talon étroit et non plat, pas de voûte plantaire, axe du gros orteil écarté de l’axe du pied, espace net entre le premier orteil et les orteils latéraux …
  • Les 4 orteils latéraux devaient être longs et repliés lors de la marche ( les orteils latéraux constituent une seule empreinte dont le bord antérieur est oblique et arrondi ), mais sans trace d'appui sur les phalanges.
  • Plusieurs de ces caractères sont liés à des possibilités de préhension.
  • Les caractéristiques des empreintes de pas de Laetoli et celles observées sur les os des pieds des australopithèques d'Hadar prouvent que les australopithèques étaient capables de se déplacer en bipédie. Cependant, on ne sait ni sur quelle distance, ni pendant quelle durée. Cette forme de bipédie devait leur être particulière, différente à la fois de celle des primates non humains et de celle de l'homme.

laetoli1.gif    LAETOLI_RECONSTITUTION.jpg

 

  • Une équipe dirigée par David Raichlen, du département d'Anthropologie de l'Université de l'Arizona, vient de publier dans Plos One, un journal scientifique américain, les résultats de ses travaux sur les traces de LaetoliPour retrouver le type de marche pratiquée, les scientifiques ont conçu une voie recouverte de sable avec un système de capture photographique des mouvements de la marche. Les sujets qui marchaient sur la piste étaient filmés et sont passés à plusieurs reprises sur la piste en adoptant différentes postures allant de la bipédie actuelle de l'homme moderne à celle des chimpanzés, et les empreintes laissées lors de ces essais ont été reconstituées en trois dimensions et comparées à celles de Laetoli.
laetoli_empreintes_3D.jpg  

Les empreintes laissées par un homme ayant une marche normale (A), une marche de type chimpanzé (B) et celles de Laetoli  
  • Les chercheurs ont mesuré la profondeur des empreintes à l'avant et à l'arrière du pied : ils ont constaté que les profondeurs sont à peu près égales lorsqu'elles sont effectuées par une personne marchant avec une allure droite mais sont différentes en cas de marche accroupie, l'impression de l'orteil étant alors beaucoup plus profonde que l'impression du talon. Les empreintes de Laetoli montrent une profondeur équivalente de l'avant du pied jusqu'au talon, comme les hommes modernes. Cette étude montre donc qu'à une époque où les homininés pratiquaient encore un mode de vie largement arboricole, ils avaient déjà développé une bipédie très efficace, proche de celle de l'homme moderne, avec un coût énergétique réduit.


Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 

 

 


Date de création : 05/10/2007 ~ 17:31
Dernière modification : 06/03/2011 ~ 10:56
Catégorie : - Les Australopithèques
Page lue 18114 fois