Vous êtes ici :   Accueil > Raymond Dart
 
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Raymond DART

( 1893 - 1988 )

 dart1.jpgdart1925.jpg  dart5.jpg dart4.jpg

Raymond Dart et l'enfant de Taung

  • Raymond Arthur DART naît en 1893 dans le Queensland (Australie) dans une famille de colons éleveurs de bétails dans la brousse.
  • Brillant élève, il obtient une bourse pour étudier à l’Université du Queensland à Sidney. C’est là qu’à l’occasion d’une réunion scientifique il rencontre de grands anthropologues anglais. Après son doctorat à Cambridge, il obtient un poste de professeur d’anatomie à l’université de Witwatersrand, à Johannesburg, en Afrique du Sud.

 dart2.jpg dart6.jpg dart3.jpg Leakey_Dart.jpg Raymond Dard & Louis Leakey

  • Dans cette toute nouvelle université, tout est à faire. Afin de constituer des collections dignes d’un laboratoire d’anatomie, il lance ses étudiants dans un concours consistant à récupérer le plus de squelettes possibles, actuels et fossiles.
  • C’est ainsi qu’en 1924, une de ses étudiantes, Miss J. Salmons, lui rapporte un crâne de babouin qui traînait sur la cheminée de l’un de ses amis, crâne provenant d’une carrière de pierres calcaires à Buxton, près de la station de chemin de fer de Taung (actuel Bostwana).
  • Dart demanda alors au propriétaire de la carrière de lui expédier d’autres roches fossilifères s’il en trouvait. Un beau jour, deux grandes caisses de débris de calcaire arrivèrent chez lui. Il ne trouva rien d’intéressant dans la première, mais quand il ouvrit la seconde, il reconnut une empreinte endocrânienne : une masse calcaire s’était solidifiée à l’intérieur d’un crâne, produisant une réplique exacte de la taille et de la forme d’un cerveau depuis longtemps disparu. Il pensa d’abord à un babouin, mais elle était trop grande. Il se mit à fouiller la caisse pour trouver le morceau correspondant à l’empreinte : c’était une petite tête.

taung3.jpg taung_nb.jpg

 
 
  • Après avoir taillé et gratté pendant 73 jours, quand il eut terminé de dégager le fossile de sa croûte de calcaire et de sable, il avait devant lui le crâne d’un petit être de 6 ans, présentant une dentition de lait complète.
  • Après avoir étudié ses caractéristiques anatomiques, il écrivit une communication destinée à Nature, le périodique britannique publiant les articles scientifiques d’importance. Dart avait donné à sa découverte le nom d’Australopithecus africanus (le singe du Sud africain), mais le public le baptisa rapidement « Enfant de Taung ».
  • Les réactions de la communauté scientifique furent prudentes. Le contexte scientifique de l’époque (affaire de Piltdown entre autres) faisait que l’on s’attendait à trouver l’ancêtre de l’homme en Europe. Cet ancêtre était supposé avoir un gros cerveau. Et voilà l’australopithèque qui est africain avec un petit cerveau !
  • Sir Arthur Keith, président de l’Institut d’Anthropologie, affirma même que « ce fossile était beaucoup trop récent dans l’échelle temporelle pour avoir une place dans l’ascendance de l’homme ».
  • Le seul soutient inconditionnel que reçut Dart fut celui de Robert Broom. Et il fallut atteindre les découvertes d’autres australopithèques par ce dernier, à Sterkfontein et à Kromdraai, toujours en Afrique du Sud, plus de 10 ans plus tard, pour que l’on ait la preuve que tout ce que Dart avait affirmé solitairement et en vain pendant plus de dix ans était juste !
 

  MelkaKontoure_dartleakey.jpg 

Photographie prise à Melka Kontoure montrant Raymond Dart et Louis Leakey ( les deux derniers sur la droite )

 

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 

 


Date de création : 06/10/2007 ~ 20:16
Dernière modification : 11/04/2010 ~ 09:28
Catégorie : - Les paléoanthropologues
Page lue 12911 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !