Vous êtes ici :   Accueil > Gautengensis
 
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

L'Homme du Gauteng
Nom scientifique : Homo gautengensis
Holotype : Stw 53


Age : de - 2 MA à - 600 000 ans
Localisation géographique : région du Gauteng, Swartkrans (Afrique du Sud), Koobi Fora (Afrique de l'Est)

STW53.jpgstw53_dessus.jpg
Reconstitution de Stw 53
 

Découverte :

  • La découverte des restes fossiles d'un crâne partiel dans une grotte d'Afrique du Sud avaient été reportée en 1977, mais ils sont restés ignorés pendant de nombreuses années. Catalogués Stw 53, ils ont été préalablement attribués à Homo habilis, jusqu'à ce que le Dr Curnoe (School of Biological, Earth and Environmental Sciences, Faculty of Science, University of North South Wales, Sydney, Australie) entreprenne une restauration  et une nouvelle reconstruction du fossile.
  • Darren Curnoe, et son collègue paléoanthropologue sud africain Phillip Tobias, ont basé l'identification de la nouvelle espèce, Homo gautengensis, sur différentes parties du crâne, plusieurs dents et d'autres parties du squelette trouvés dans différentes grottes d'Afrique du Sud d'âges différents. Cette étude a été publiée dans le Journal of Comparative Human Biology en mai 2010. Les analyses des paramètres morphologiques des dents, mandibules et crânes démontrent que cette espèce est distincte des premiers taxons du genre Homo connus au préalable.
  • L'espèce émerge vers - 2 MA et disparaît approximativement vers - 600 000 ans, ce en fait une espèce plus ancienne que Homo habilis.

curnoe.jpgPhillipTobias1.jpgsouthafrica_map.gif
Darren Curnoe - Phillip Tobias


Particularités :

  • Présenté également en 2010, Australopithecus sediba vivait à la même période et dans la même région qu'Homo gautengensis (preuve du caractère buissonnant des Homininés), mais l'Homme du Gauteng présente davantage d'états dérivés de caractères de la lignée humaine que l'Australopithèque, d'où son appartenance au genre Homo.
  • Le Dr Curnoe propose Australopithecus garhi, trouvé en Ethiopie et âgé de - 2.5 MA comme un meilleur candidat qu'A. sediba pour l'origine de la lignée des Homo.
  • Mais Darren Curnoe ne pense pas qu'H. gautengensis soit à l'origine des Homo sapiens.

sk847.jpg
Le crâne partiel SK 847


Caractéristiques :

  • Taille de 0.91 m. pour 50 kg environ.
  • Front fuyant.
  • Volume cérébral estimé entre 650 et 680 cc.
  • Prognathisme important.
  • Arcade zygomatique développée.
  • Présence d'un bourrelet sus orbitaire.

SK_847_b.jpg
  • Arcade dentaire à bords parallèles.
  • Molaires et pré molaires larges et de grande taille qui traduisent une spécialisation écologique dans la mastication des aliments végétaux.

SK_15.jpgStw_151.jpg
Mandibule SK 15  -  Maxillaire et mandibule SK 151

sk45.jpg
Fragment de mâchoire SK 45
  • Marche bipède au sol.
  • Membres antérieurs relativement longs traduisant des adaptations au grimper et un mode de vie encore largement arboricole (nourriture, couchage, protection contre les prédateurs).
  • Production et usage d'outil en pierre de type Oldowayen.
  • Usage du feu attesté par la présence de restes d'ossements brûlés associés à H. gautengensis.

gauteng.jpg
Les différentes parties du fossile Stw 53 ayant permis la reconstitution du crâne :
A : maxillaire (vues antérieure, latérale et inférieure)
B: os frontal (vues antérieure, supérieure et inférieure/endocrânienne)
C : fragments pariéto-temporo-occipital droit (vue latérale et inférieure)
D : fragments du pariétal et de l'occipital gauche (vues latérale et postérieure)
E : marge gauche du foramen magnum et fragment du petromastoïde gauche
F : os zygomatique droit
G : fragment de la mandibule et troisième molaire M3

 

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

Date de création : 14/11/2011 ~ 18:24
Dernière modification : 29/05/2012 ~ 19:50
Catégorie : Hominidés - Les premiers Hommes
Page lue 10265 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par sami le 05/05/2016 ~ 12:09

BonjourJe remarque dans cet article comme dans d'autres sur le site une nette rigueur scientifique qui est selon moi le signe d'une érudition servie par de vifs sens du devoir scientifique et de la passion pour le savoir.Malheureusement, chez nous comme tout autre domaine les lois de la gentillesse et aménagement ont accaparé le concert scientifi-cculturel. Il n'y a qu'à voir les nombreux sites sédimentaires très profonds éventrés lors des promotions immobilieres (et même les chantiers de maintenance de monuments...) sans faire appel au suivi des scientifiques.On aimerait raviver la tradition des clubs de paléo et archeo, géographie...etc.Mais qui? Qui?