Vous êtes ici :   Accueil > Le Chimpanzé commun
 
Le Chimpanzé commun
Nom scientifique : Pan troglodytes


chimpanzee_groupe.jpg

  • Le chimpanzé commun vit en Afrique, dans des forêts tropicales denses humides ou sèches, des forêts de bambous, des savanes, marais, montagnes... Leur population est de quelques centaines de milliers d'individus.
  • Son nom d'espèce - troglodytes - vient du naturaliste allemand Blumnbach, en référence à des anciennes croyances selon lesquelles les grands singes auraient occupé les cavernes avant les hommes préhistoriques.
  • Il existe 4 sous espèces de chimpanzés : le Chimpanzé commun d’Afrique centrale (Pan troglodytes troglodytes) ; le Chimpanzé commun occidental (Pan troglodytes verus) ; le Chimpanzé du Nigeria-Cameroun (Pan troglodytes vellerosus) ; le Chimpanzé commun oriental (Pan troglodytes schweinfurthi). Ces sous espèces possèdent des différences de taille, de couleur de peau et de répartition du pelage.
  • Espérance de vie : 50 ans dans la nature (davantage en captivité)

carte.jpg
Carte de répartition des Chimpanzés

Caractéristiques anatomiques :
  • Le visage, les oreilles et les doigts sont dépourvus de poils. La face est généralement rose et devient plus foncée avec l’âge, les mâles sont souvent atteints de calvitie : les poils disparaissent sur le front.
  • Les lèvres du Chimpanzé sont très mobiles ce qui permet une grande variété d'expression pour communiquer et, par exemple, recueillir l’eau de pluie retenue par une feuille.


chimpanze_knuckle.jpgchimpanze_grimpe.jpgchimpanze_bipedie.jpg
Les trois modes de locomotion du chimpanzé : knuckle walking, grimper et bipédie

  • Répertoire locomoteur : quadrupédie / knuckle walking : 40 à 60 % ; suspension / grimper : 40 à 60 % ; bipédie : 5 à 10 %.

chimpanze_squelette.jpgchimpanze_squelette_desarticule.jpgchimpanze_squelette_profil.jpg
Squelette en place et désarticulé

Trou occipital en position arrière.
Membres supérieurs plus longs que les membres inférieurs.
Colonne vertébrale à une courbure.
Bassin allongé et étroit.
Fémurs parallèles.

chimpanze_bassin_femur_femelle.jpg
Fémur et bassin
chimpanze_main.jpgchimpanze_main_2.jpgchimpanze_pied_2.jpgchimpanze_pied.jpg
Squelettes et moulage de la main (à gauche) et du pied (à droite) d'un chimpanzé

Main avec un pouce relativement court par rapport aux autres doigts. Phalanges incurvées.
Pied avec gros orteil abducté (divergent). Absence de voute plantaire.

  • Appareil masticateur :
Le chimpanzé possède 32 dents comme les autres singes anthropoïdes, dont l’Homme. Elles sont peu spécialisées et adaptées à un régime plutôt végétarien, principalement frugivore. Opportuniste, le Chimpanzé mange ce qu’il trouve. Son régime varie ainsi selon les saisons et les régions. Il se nourrit essentiellement de fruits, de feuilles, de fleurs et de graines. En Ouganda, les chercheurs ont montré que le régime de ces grands singes était composé de 90% de fruits contre 68% au Gabon. Mais il aime aussi le miel, les insectes comme les fourmis ou les termites, et même la viande.


crane_chimpanze_profil.jpgcrane_chimpanze_face.jpgcrane_chimpanze_3quarts.jpg
crane_chimpanze_dessous.jpgcrane_chimpanze_dessus.jpg
Crâne de Chimpanzé vu sous différents angles
   (photos : Vincent Guili)
Prognathisme important : angle facial voisin de 45°.
Mâchoires développées avec arcades dentaires parallèles.
Muscles masticateurs développés  arcade zygomatique puissante ; bourrelet sus-orbital bien marqué.
Canine bien développée, surtout chez les mâles.

pan_crane_dessus.jpgpan_crane_dessous.jpg
pan_crane_profil_gauche.jpg


  • Encéphale :
Volume endocrânien compris entre 380 cm3 chez les femelles et 400 cm3 chez les mâles.
Les capacités sensorielles du Chimpanzé sont semblables à celle de l’Homme : odorat très peu développé et vue prédominante. Les yeux sont situés vers l’avant de la tête, ce qui permet la vision en relief et une meilleure évaluation des distances. Essentiellement diurnes, ils ont également une vision des couleurs permettant de réaliser des manipulations très précises. Les aires cérébrales se sont développées en conséquence, favorisant (et favorisée par) une vie sociale riche et la résolution de problèmes dans une situation complexe.


chimpanze_encephale.jpgchimpanze_encephale_coupe.jpg
  • Dimorphisme sexuel :
Les mâles sont plus grands et plus lourdement bâtis : taille de 120 cm pour 50 kg en moyenne (70 cm pour 40 kg en moyenne chez les femelles).
Leurs canines, pouvant infliger des blessures parfois mortelles, sont plus grandes que celles des femelles.
Les femelles sont plus sédentaires puisqu’elles s’occupent de leur jeune et qu’elles le transportent partout. Elles ont la peau des fesses nue et rosée. Celle-ci se gonfle et sa couleur devient plus intense quand la femelle est prête à s’accoupler. Véritable indicateur pour les mâles, cette transformation physique redevient normale après la fécondation ou la menstruation. La période d’accouplement ne dure que quelques jours au milieu de chaque cycle de la femelle. Les chimpanzés s’accouplent dans une position dorso-ventrale.




chimpanze_crane_femelle.jpgchimpanze_crane_male.jpg
Crânes de chimpanzé femelle (à gauche) et mâle (à droite)
chimpanze_bassin_femelle.jpgchimpanze_bassin_male.jpg
Bassins de chimpanzés femelle (à gauche) et mâle (à droite)

  • Développement embryonnaire :
Gestation : entre 230 et 240 jours (environ 8 mois) ; 1 seul petit par portée.
Les chimpanzés sont nidicoles : le petit naît à un stade de développement peu avancé ; il dépend entièrement de sa mère pour survivre : vulnérable et incapable de se déplacer seul, il possède un réflexe d’agrippement qui lui permet de s’accrocher fortement à sa mère. Il est positionné sous son ventre de sa mère et souvent soutenu par elle pour ne pas tomber. Il obtient ainsi en permanence chaleur, nourriture mais aussi repos.
C’est à partir d’un an que le jeune est capable de s’accrocher sur le dos de sa mère. Il devient plus autonome et peut rester seul, mais la mère le récupère à la moindre alerte.
Jusqu’à deux ans, il alterne les moments sur le dos de sa mère et les moments où il part à l’aventure, de plus en plus longtemps et de plus en plus loin. Il mange des aliments solides, mais il peut encore être allaité même si un autre petit vient à naître.




chimpanze_crane_foetus.jpgchimpanze_crane_jeune.jpg
Crânes de foetus et de jeune chimpanzé


Caractéristiques culturelles :

  • Vie sociale :
Les chimpanzés vivent en groupe de 20 à 100 individus comprenant des mâles, des femelles et des jeunes. C'est un mâle qui dirige le groupe, pas forcément le plus fort mais souvent le plus malin.
Ce sont des animaux sédentaires qui vivent sur un territoire d'une vingtaine de kilomètres carrés, dont ils ne couvrent qu'un dixième par jour dans le cas d'un habitat en forêt dense humide. Par contre, dans les savanes sèches, ils couvrent plus de 700 km2 et deviennent des animaux nomades.
L’épouillage est pratiqué chez les chimpanzés pour entretenir les liens entre les membres d’un groupe : le but premier de cette activité est de débarrasser l’animal des parasites qui encombrent son pelage, surtout dans les zones difficiles d’accès pour ce dernier. Ce comportement occupe une grande place dans la vie sociale de tous les singes qui vivent au sein d'un groupe.

Une femelle met au monde un seul petit à la fois et celui-ci reste dépendant de sa mère pendant plusieurs années (jusqu'à 5 – 6 ans). Il est très sensible et l'affectif a une grande place durant toute sa vie.
La femelle transmet son savoir à son petit en lui montrant comment créer et utiliser des outils, réaliser un nid, et apprendre à reconnaître certaines plantes ainsi que leurs bienfaits...

Les jeunes chimpanzés apprennent beaucoup en jouant. Par imitation et répétition des gestes de sa mère et des autres membres du groupe, le jeune assure la transmission d'une "culture" et d'un savoir propre à sa communauté. Puis il joue avec les autres jeunes voire même avec des adultes qui ne sont pas ses parents. Parfois, les chimpanzés organisent de véritables crèches : une douzaine de jeunes sont gardés par une mère ou deux, avec ou sans leur propre petit.

Les postures et mimiques jouent un rôle important dans la communication, mais le Chimpanzé est surtout connu pour être un des animaux les plus bruyants de la forêt ! Il pousse des cris pour communiquer avec ses congénères. Il possède d’ailleurs un grand répertoire de cris différents et tout autant de grimaces ! Ces manifestations vont du petit cri de satisfaction accompagnant un repas au hurlement portant sur plusieurs kilomètres pour alerter d’un danger. Ils se répondent au sein d’un même groupe, mais également entre groupes voisins créant alors un coeur qui recouvre tous les autres bruits de la forêt, parfois pendant plusieurs dizaines de minutes.
Des expériences ont montré qu'ils étaient capables d'apprendre, d'utiliser et de transmettre un langage des signes (Washoe).


  • Utilisation d'outils :
Le Chimpanzé fabrique des outils qui lui servent principalement à obtenir de la nourriture : il dénude une branche longue et fine pouvant atteindre 60 cm afin de l’introduire dans un tronc d’arbre rempli de termites ou de fourmis pour s’en délecter. Deux techniques sont ensuite observées : le léchage direct, il les mange à même la baguette, ou le ramassage, il les recueille en passant la main le long de la baguette puis mange la poignée récoltée. Pour ouvrir un fruit mou, il utilise un bâton ou, s’il est dur, plutôt une pierre. Il cherche donc l’outil, même s’il est hors de sa vue, au moment où il trouve le fruit ! Parfois sur plusieurs mètres (500 mètres), il se souvient de l’endroit où se trouvent les meilleurs marteaux ou enclumes. Il raffole des noix de palme qui sont d’ailleurs très nourrissantes ; il en dépose une sur une termitière ou une surface qui sert d’enclume, puis il frappe la noix avec une pierre jusqu’à ce que la coque se fende. Un caillou devient une sorte d’ouvre-boîte ! Observé en Guinée et en Côte d’Ivoire, ce comportement permet de casser également des noix de coula ou de Panda, un comportement qui ne nécessite pas moins de 10 années d’apprentissage pour le jeune.
Il est capable également d’utiliser un bâton pour attraper une noix hors de portée de sa main.
En Sierra Leone, les chimpanzés fabriquent des tongs à partir de brindilles coincées sous la plante des pieds. Ils grimpent ainsi sans se blesser sur le Kapokier, au tronc recouvert d’épines acérées, pour récupérer les fruits qu’ils adorent.

A la manière d’une cuillère, il choisit une large feuille pour étancher sa soif, ou bien il mâche une feuille pour la rendre poreuse et l’imbibe d’eau pour la presser dans sa bouche comme une éponge !
Le Chimpanzé utilise ce qu’il trouve dans la nature pour fabriquer des outils : un bâton se transforme en pont pour traverser une rivière sans se mouiller, une large feuille chasse-mouches ou parapluie, une brindille devient cure-dent ou coton-tige, et une feuille peut être utilisée pour s’essuyer en cas de diarrhée.
39 comportements culturels ont ainsi été recensés chez les chimpanzés à travers l’Afrique, du simple usage d’outils aux coutumes et traditions sociales telles que la poignée de main lors d’une séance d’épouillage, la danse de la pluie célébrée par les mâles dominants à l’arrivée d’une averse où ils simulent une charge, le poil hérissé, et tapent de toutes leurs forces sur les troncs d’arbres avoisinants en traînant de lourds branchages, le tout dans un concert de cris des plus bruyants.



chimpanze_outil.jpgchimpanze_outil_2.jpgchimpanze_outil_3.jpgpan_troglodytes_outil.jpg
Usage d'outils

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

Date de création : 29/05/2012 ~ 15:13
Dernière modification : 07/09/2013 ~ 17:39
Catégorie : - Les Cousins
Page lue 14605 fois