Homo naledi
Nom scientifique : Homo naledi

Holotype : DH1

Age : indéterminé pour l'instant. Des méthodes de datations indirectes sur l'évolution de la morphologie crânienne des Hominidés donnent un âge de - 912 000 ans.


Localisation géographique : "Chambre de Dinaledi", dans les cavernes du système "Rising Star", Afrique du Sud

DH1.jpg

Holotype DH1

Découverte :

  • Les fossiles ont été trouvés dans une grotte profonde et extrêmement difficile d'accès, près de Johannesburg, sur le site archéologique connu sous le nom de "Berceau de l'humanité" et inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. La grotte avait été découverte en 2013 par deux spéléologues, Steve Tucker et Rick Hunter.

localisation.pngdinaledi.jpg

  • La découverte a fait l'objet d'une communication de l'University de Witwatersrand, de la  National Geographic Society et du South African Department of Science and Technology de la National Research Foundation en septembre 2015. Elle  présente une première analyse de ces vestiges, menée en mai 2014 en Afrique par une équipe internationale de chercheurs dirigée par Lee Berger, de l'University de Witwatersrand.
  • La datation est difficile, du fait du contexte géologique de la grotte. Il faudra la faire directement sur les os fossiles, mais pour l'instant aucun âge certain ne peut être attribué aux ossements.

materiel.jpeg

  • Plus de 1 500 ossements ont été découverts : ils  proviennent d'au moins 15 individus différents (enfants, adultes et vieux), avec presque tous les os d'un squelette complet, et présentant une morphologie homogène. Il s'agit donc d'une des espèces fossiles d'hominidés qui sera la mieux décrite.
  • Naledi signife "étoile" en langage Sesotho.

Particularités :

  • L'espèce découverte présente à la fois des caractéristiques propres aux hominidés modernes et anciens. Cette découverte pourrait donc permettre d'en apprendre davantage sur la divergence, il y a plus de 2 millions d'années, entre le groupe des Australopithèques et les premiers représentants du genre Homo.

cavite.png

  • Les chercheurs se sont également interrogés sur les raisons pour lesquelles les ossements se trouvaient dans cette chambre difficile d'accès, à l'entrée d'une grotte déjà connue. Le tunnel pour y accéder est extrêmement raide et tellement étroit que seuls des chercheurs à la morphologie menue ont réussi à se rendre sur les lieux de cette découverte majeure. Cette chambre "a toujours été isolée des autres pièces et n'a jamais été contact avec la surface", selon le communiqué. "Nous avons imaginé plusieurs scénarios, y compris la possibilité de l'attaque d'un carnivore inconnu, une mort accidentelle ou encore un traquenard, explique Lee Berger de l'université de Witwatersrand. On en est arrivé à la conclusion que le scénario le plus plausible était que ces corps avaient été déposés volontairement à cet endroit." Une "pratique funéraire" qui "témoigne d'un comportement étonnamment complexe pour une espèce humaine ancienne, conclut le professeur Stringer.
  • la chambre où a été trouvé l'Homo naledi "n'a pas encore révélé tous ses secrets, car il pourrait y avoir encore des centaines, voire des milliers de fossiles à exhumer.

Caractéristiques :

  • Taille moyenne des adultes mâles de 1,5 mètre pour 45 kilos. Femelles plus petites et plus légères.
  • Volume cérébral de 560 cm3 pour les mâles et 465 cm3 pour les femelles.
  • Lobe frontal peu développé.

ENDOCRANE_DH1_DH2.jpg

Reconstitution de l'endocrâne de DH1 et DH2

  • Présence d'un bourrelet sus-orbital développé
  • Prognathisme.
  • Arcade zygomatique développée.

comparaison_cranes.jpg

Crâne DH1 comparé à celui d'un Homo sapiens

  • Mandibule gracile.
  • Arcade dentaire à bords parallèles.
  • Les dents augmentent de taille de l'avant vers l'arrière (caractère primitif).
  • Molaires de grandes dimensions, avec cinq cuspides simples ((traits de formes humaines tardives).
  • Prémolaires avec racines de type primitif.
  • Canines réduites.

mandibule.jpgUW101_377_MANDIBULE.jpg

  • Corps très élancé avec des membres inférieurs allongés.
  • Articulation de l'épaule orientée vers le haut, de type simiesque (vie arboricole et suspension).
  • Os iliaque du bassin large et évasés sur les côtés (similaire à celui de l'australopithèque Lucy) et de moindre profondeur que celui de l'homme moderne.
  • Bas du bassin de type humain.
  • Partie supérieure du fémur avec une petite tête, similaire à celui des australopithèques, partie inférieure de type moderne.

UW_101_1391PARATYPE_FEMUR.jpg

Paratype UW 101 1391 Fémur (échelle = 2 cm)

UW_101_484_PARATYPE_TIBIA.jpg

Paratype UW 101 484 tibia (échelle = 10 cm)

  • Mains avec paumes, poignets et pouces de types humanoïdes. Doigts aux proportions modernes mais avec des phalanges extrêmement incurvées (adaptation à la vie arboricole.
  • Premier métacarpien étroit à la base et large au sommet, avec une crête effilée sur toute sa longueur et des ailerons sur les côtés (caractère propre qu'on ne retrouve ni chez les australopithèques, ni chez les humains).

MAIN.jpg

Reconstitution de la main (échelle = 5 cm)

  • Pieds similaires à ceux d'un homme moderne : gros orteil aligné, présence d'une voûte plantaire un peu plus basse que chez l'homme... bonne adaptation à la marche bipède debout.
  • Orteils légèrement recourbés.

PIED.jpg

Reconstitution du pied (échelle = 10 cm)

Homo_naledi_reconstitution.jpg

Reconstitution faciale


Date de création : 13/09/2015 ~ 12:42
Dernière modification : 19/07/2016 ~ 19:29
Catégorie : - Les premiers Hommes
Page lue 2177 fois