rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

Ardi

Nom scientifique : Ardipithecus ramidus

Holotype : ARA-VP-6/1

Age : - 4.4 millions d'années

Localisation géographique : Aramis ( Ethiopie )

 ramidus.jpgcarte.jpg

Découverte : 

  • Les premières trouvailles ont été faites en 1992, près d’Aramis, dans la région moyenne de l’Awash en Ethiopie, à 30-40 km environ en amont de Hadar où de nombreux fossiles d’Australopithecus afarensis ont été découverts.
  • Tim White, de l’Université de Berkeley en Californie, Gen Suwa de Tokyo et Berhane Asfaw d’Addis Abeba y ont trouvé 17 fragments fossiles dont un humérus droit, tous les os longs du bras gauche, deux séries de dents, un petit fragment de mâchoire inférieure et des parties de la base de deux crânes. S’y ajoutent des dents et des fragments de dents.
  • Ces fossiles se trouvaient entre deux couches de sédiments dont l’âge a pu être déterminé grâce à la méthode potassium-argon, couplée à des données paléomagnétiques : 4,4 millions d'années.

 b_asfaw.jpg ba__tw.jpg ramidus3.jpg 

Berhane Asfaw et Tim White

 Particularités :

  • Au moment de sa découverte, ramidus était le plus ancien et le plus primitif des hominidés anciens.
  • Une des premières tâches des chercheurs fut de décider s’il ressemblait à une des formes déjà connues d’hominidés anciens. Après étude des différents fossiles collectés, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que les différences entre ramidus et les autres espèces du genre Australopithecus étaient tellement grandes qu’il était nécessaire de créer un nouveau genre. Ainsi est né finalement le nom d’Ardipithecus ramidus, du mot du mot « ardi » signifiant « sol » en langue afar. Il a été baptisé ramidus, du mot « ramid », signifiant « racine » dans la langue locale.
  • Lors de la campagne de fouilles de 1994/95, on a trouvé d’autres restes importants d’Ardipithecus. Il s’agit d’os prevenant de plusieurs individus mais représentant un squelette remarquablement complet (45%) mais en mauvais état.
  • Publié dans Nature n° 371 (1994) et n° 375 (1995).
  • Après 17 ans de recherches, qui ont permis la découverte de 110 ossements appartenant à 36 individus différents, et d'analyses, de reconstitutions et de comparaisons au laboratoire, la description complète de l'Ardipithecus ramidus a été publiée dans le magazine Science du 02/10/2009 par Tim White, Gen Suwa et leurs collaborateurs du Middle Awash Project. Parmi ces ossements, un squelette très complet d'une femelle, baptisée Ardi, datée de 4.4 millions d'années.
  • Une vidéo sur le site de Science.
  • Ardipithecus ramidus nous fournit des renseignements sur l'ancêtre commun de la lignée humaine et de celle des Paninés. Les caractéristiques d'Ardi, qui ne ressemble pas plus à un humain qu'à un chimpanzé, suggèrent que cet ancêtre commun n'est pas forcément proche des grands singes actuels et que les particularités des chimpanzés, notamment le knuckle walking ,seraient une innovation apparue après la séparation des deux lignées.

couv_science.gifArdi_ramidus.jpg
 

Caractéristiques :

  • Ardipithecus s'est révélé tellement primitif que ses inventeurs l'ont présenté comme l'espèce souche des homininés, tandis que certains se sont demandé s'il s'agissait bien d'un homininé.
  • Denture ressemblant beaucoup à celle des grands singes (taille et proportions correspondant à celles des chimpanzés). Canine plus forte que chez Australopithecus afarensis, alors que la réduction de la canine est un caractère d'hominidé. Absence apparente de mécanisme d'aiguisage de la canine supérieure et la première prémolaire inférieure. Les prémolaires ressemblent à celles des chimpanzés ; les molaires ressemblent plus à celles de A. afarensis sans être aussi élargies, ce qui leur confère des proportions rappelant celles du chimpanzé. Toutes ces dents possèdent un émail mince (comme celles des grands singes), alors que jusqu'ici tous les homininés reconnus comme tels ont un émail dentaire épais, caractère plus évolué, ce qui traduit un régime alimentaire omnivore mais composé d'aliments peu résistants.
  • Caractères évolués d'homininés déjà présents chez Ardipithecus : la première molaire inférieure, si primitive qu'elle soit, a un tubercule principal réduit qui ne semble pas posséder de facette d'usure provoquée par la canine supérieure. La première prémolaire inférieure n'a pas non plus de facette dite «en aiguisoir», due à la canine supérieure, à la différence de celle des grands singes, chimpanzés inclus. Par conséquent, quoique développées, les canines et premières prémolaires de Ardipithecus ramidus étaient déjà un peu réduites.
  • Trou occipital avancé et bas.
  • La tête est petite avec un volume crânien de 300 à 350 cm3 comparable à celui d'un bonobo mais inférieur à celui d'un australopithèque.
  • Squelette du bras et de l'avant-bras mélangeant des traits de grands singes et d'hominidés.
  • Mesurant 1.20 mètre pour 50 kilos environ, avec un faible dimorphisme sexuel, Ardi est située sur une lignée voisine des Australopithèques. Ardipithecus présente des caractères au niveau de son bassin et de ses mains qui témoignent de sa bipédie mais aussi d'une vie arboricole. Les chercheurs estiment que l'espèce utilisait les deux modes de locomotion à égalité.
  • Le pied a une structure plus rigide que celle des grands singes mais présente un gros orteil opposable qui permet de bien s'accrocher aux branches ; la voûte plantaire non arquée montre qu'Ardi ne pouvait pas marcher ou courir sur de longues distances. L'anatomie de la main montre qu'il ne pouvait pratiquer ni le knuckle walking (marche sur les phalanges) ni la suspension dans les arbres.
     
     
    ardi_main.jpgardi_pied.jpg
    La main et le pied d'Ardi

     

 Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 

 


Date de création : 07/10/2007 ~ 09:13
Dernière modification : 12/04/2010 ~ 18:00
Catégorie : Hominidés - Les origines
Page lue 13490 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !