Kadabba

Nom scientifique : Ardipithecus kadabba

Holotype : ALA-VP-2/10

Age : de - 5.8 à - 5.2 millions d'années

Localisation géographique : Moyen Awash ( Ethiopie )

 ardipithecus.jpgCARTE.jpg

Découverte :

  • La mise au jour, en Ethiopie, des restes fossiles d'un hominidé de 5,2 à 5,8 millions d'années, attribués à une nouvelle forme d'Ardipithèque, a été faite par Yohannes Hailé-Sélassié ( Museum d'histoire naturelle de Cleveland ) et Giday Wolde Gabriel ( laboratoire de Los Alamos ).
  • Les restes - un ensemble de 17 fragments ( mâchoire partielle avec dents, fragments d'os de bras et de jambe et des phalanges ) - ont été déterrés dans le Moyen-Awash, à quelque 230 km au nord-est d'Addis-Abeba, entre fin 1997 et début 2001. La découverte des ossements a eu lieu à 80 kilomètres de ceux de Lucy, trouvée il y a trente ans et âgée de 3,2 millions d'années.
  • Pour Yohannes Haïlé-Sélassié, la morphologie générale des ossements correspond à celle d' Ardipithecus ramidus, hominidé trouvé en 1992, dans le Moyen-Awash également, par une équipe dirigée par Tim White, de la même université de Californie, et daté, lui, de 4,4 millions d'années. Ils ont donc d'abord été attribués à une sous espèce : Ardipithecus ramidus kadabba (juillet 2001) avant d'être élevés au rang d'espèce séparée Ardipithecus kadabba en mars 2004.
  • De nouvelles découvertes de fossiles attribués à A. ramidus kadabba en 2005 à Gona ( Ethiopie) par l’équipe de Sileshi Senaw ont permis de connaître un peu mieux cette espèce. 

   dents.jpg selassie_asfaw.jpg

Particularités :

  • Grande première scientifico-diplomatique, la nouvelle est révélée sous la seule signature d'un jeune chercheur éthiopien, Yohannes Haïlé-Sélassié, alors doctorant à l'université de Californie à Berkeley, alors que, jusqu'à présent, les noms des auteurs africains d'une communication scientifique restaient "noyés" au sein d'équipes internationales.
  • Kadabba signifie "ancêtre familial" en afar.
  • Cette classification n'a pas manqué de surprendre certains scientifiques, qui se sont demandé comment on pouvait trancher avec autant de précision face à un matériel fossile aussi limité, d'autant que l'Ardipithèque lui-même est loin d'être complètement décrit.
  • D'abord annoncé par Tim White comme le plus ancien représentant connu des australopithèques, cet australopithèque présumé a ensuite été brusquement placé par son découvreur dans un genre complètement nouveau, Ardipithecus. Depuis sa découverte, la communauté des paléontologues attend une description détaillée promise par leurs collègues américains de ce squelette censé être quasi complet, grand singe pour les uns, ancêtre de l'homme pour les autres... 

 

Caractéristiques :

  • Taille estimée à 1.10 m.
  • Les fragments retrouvés ne permettent pas de savoir si la face présente un prognathisme important ou pas.
  • La mandibule semble moins robuste que celle des Australopithecus afarensis.
  • Caractères de la région temporale du crâne proches de ceux des chimpanzés actuels.
  • Morphologie des fragments de la base du crâne traduisant une position relativement antérieure du trou occipital.
  • Taille relative des dents proche de celle des chimpanzés, avec des incisives un peu moins grandes et des molaires un peu plus larges. Canines  plus grandes que chez les australopithèques mais moins que chez les chimpanzés, apparemment sans mécanisme d'aiguisage entre la canine supérieure et la première prémolaire inférieure. Couche d'émail des molaires et prémolaires mince.
  • Bras grand et robuste. Phalanges de la main longues et incurvées. Adaptation à la vie arboricole.
  • Phalange du pied longue et incurvée, intermédiaire entre celle des grands singes et celle d'Australopithecus afarensis.

 

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 


Date de création : 07/10/2007 ~ 09:16
Dernière modification : 16/01/2013 ~ 07:09
Catégorie : - Les origines
Page lue 16542 fois