Vous êtes ici :   Accueil > Georgicus
 
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://hominines.portail-svt.com/data/fr-articles.xml

L'Homme de Géorgie

Nom scientifique : Homo georgicus

Holotype : D-2600

Age : - 1.8 millions d'années

Localisation géographique : Dmanissi ( Georgie )

 fossile_D_2700.jpg

 

Découverte :

  • En 1999 à Dmanissi en Géorgie, des premiers restes d'homininés ont été mis à jour. Les recherches ont continué, fournissant plus d'une trentaine de restes crâniens.
  • C’est une mandibule, exhumée en l’an 2000, qui suscite les travaux en cours. L’analyse de deux crânes fossiles mis à jour en 2001 et 2002 va permettre de poursuivre les recherches. Les résultats d'une étude sur les nouveaux fossiles humains mis au jour à Dmanisi ont été communiqués par Marie-Antoinette de Lumley, de l'Institut de paléontologie humaine, à Paris, et ses collègues géorgiens, Léo Gabounia et Abesalom Vekua, de l'Académie des sciences, et David Lordkipanidze, du Musée national de Géorgie. 
  • Ces résultats ont été publiés dans les Comptes-rendus de l'Académie des Sciences (série Paléovol - série I-4, juillet-août 2002) du 10 octobre.
  • De nouveaux restes d'hominidés datés de 1.8 millions d'années ont été mis à jour sur le site de Dmanisi en Géorgie (Caucase). Sur ce site, depuis 1991 un très grand nombre de restes humains, en particulier des crânes, y ont été découverts, tous datés à 1,8 Ma (1,77 Ma pour être précis). La première publication des recherches (toujours en cours) sur les nouvelles découvertes a été faite dans la revue Nature du jeudi 20 septembre 2007. C'est 4 nouveaux fossiles qui ont pu être identifiés : 3 d'adultes et 1 d'un adolescent. C'est ce dernier qui est le plus complet car il est constitué du crâne et de nombreux restes des membres inférieurs.

 georgicus5.gifdmanissi_lumley.jpgcarte.jpg

 

Particularités :

  • Dans un premier temps les restes ont été attribués à l'Homo ergaster. Les différences de taille avec les autres espèces ont amené les scientifiques à en créer une nouvelle : l'Homo georgicus, issu des Homo habilis et différent de l'Homo erectus asiatique.
  • La méthode argon 39- argon 40 a permis de dater tous les ossements du site : - 1.81 millions d'années (ce sont les cendres qui enrobaient le fossile qui ont permis une datation aussi précise).
  • Du fait de son age, l'Homo georgicus serait donc le premier hominidé à avoir conquis l'Europe (prenant ainsi cette place à l'Homo ergaster). Ce nouvel hominidé avance de 800 000 ans la "colonisation" de l’Europe (auparavant le plus vieil européen découvert était l’Homo antecessor
    de Gran Dolina). Arrivé par le couloir levantin en passant par Israël, cet ancêtre a laissé de nombreuses traces de son passage (outils taillés) mais c'est la première fois qu'un fossile est identifié.
  • Les restes d'Homo georgicus ont été découverts en association avec des ossements d'animaux, des outils de pierre et des outils de percussion qui permettaient à cette espèce de chasser, de tuer des animaux et de les préparer. Ceci établit selon ses découvreurs le statut de chasseur d’Homo georgicus et non de charognard ni de simple cueilleur et consommateur d'aliments végétaux peu coriaces. L’Hominidé de Dmanisi consommait de la viande, et ce fait peut expliquer la survie de cette espèce et d'autres hominidés habitant sous des hautes latitudes, surtout en hiver.
  • Après huit années d'étude, la publication des travaux (Science du 18 octobre 2103, vol. 342) de l'équipe internationale de scientifiques dirigée par David Lordkipanidze, un paleoanthropologiste du Georgian National Museum de Tbilisi (Georgie) sur la découverte d'un crâne complet âgé de 1,8 million d'années près de Dmanisi, soulève la possibilité que les différentes espèces d'Homo, H. habilis, H. erectus, et H. rudolfensis ne seraient pas distinctes, mais ne représenteraient que des variations au sein d'une seule et même grande espèce.

D4500.jpgface.jpgD4500mand.jpg
Le crâne D4500

  • Ce nouveau crâne est bien préservé et présente une combinaison de caractéristiques qui n'avaient pas encore été observées ensemble sur un même fossile d'Homo ancien : une faible capacité crânienne de 546 cm3 (similaire à celle d'Homo habilis), une face allongée semblable à celle des Homo erectus récents, un bourrelet sus-orbital et de larges dents aux proportions voisines de celles d'Homo rudolfensis

3D.jpgd4500-d2600-lateral-ct.jpg
Skull 5 : association du crâne D4500 et de sa mandibule D2600

  • Le site de Dmanisi avait déjà livré, cinq ans auparavant, la mâchoire correspondant à ce crâne. Ses caractéristiques indiquent qu'il s'agirait d'un mâle. Elle avait été attribuée à l'espèce Homo georgicus. Son âge (-1.8 Ma) en fait le plus ancien Homininé découvert en dehors du continent africain.
  • Toujours sur le même site,  quatre autres crânes appartenant à des individus différents, ainsi que divers fossiles animaux et végétaux, et quelques outils de pierre ont également été mis à jour. Le fait que ces différents fossiles se trouvent tous au même endroit et datent de la même période a permis de comparer les traits physiques de plusieurs Homininés qui ont coexisté.


cranes.jpg
5_cranes_2.jpg
Les cinq crânes découverts à Dmanisi


  • Les résultats de la comparaison des différents individus de Dmanisi entre eux et avec d'autres fossiles d'homininés africains (remontant à 2,4 millions d'années) ou découverts en Asie ou en Europe (âgés de 1,8 à 1,2 million d'années) soulèvent des controverses parmi la communauté scientifique. Pour les auteurs de la découverte, la combinaison des caractéristiques observées sur le crâne laisse supposer que toutes les espèces décrites précédemment ne seraient en fait que des représentants d'une seule et même espèce et que les différences constatées ne seraient que le résultat de la variabilité individuelle. On observe de telles différences morphologiques parmi les groupes d'humains ou de chimpanzés actuels.
  • D'autres, comme Bernard Wood, professeur à l'Université George Washington, sont plus sceptiques et remettent en question la méthode retenue par les auteurs en affirmant qu'elle ne prend pas en compte d'autres différences importantes entre les spécimens, entre autres les mandibules. Pour lui, il s'agirait d'une nouvelle espèce d'Homininés.

nouvelarbre.jpg

 

 

decouverte.jpg

Caractéristiques :

  • Taille estimée entre 1.45 et 1.66 m pour une masse comprise entre 40 et 50 kg.
  • Capacité crânienne comprise entre 600 et 775 cc ( valeurs proches de celles de celle des Homo habilis ).
  • Tête allongée et plate.
  • Face projetée en avant.
  • Membres supérieurs avec des caractéristiques les rapprochant de ceux des australopithèques et des Homo habilis.
  • Membres inférieurs adaptés à la marche mais aussi à la course.
  • Colonne vertébrale adaptée à la position bipède. 
  • Proportions corporelles générales presque identiques à celle d'Homo sapiens.
  • Mandibule assez robuste.
  • Arcade dentaire parabolique.
  • Dimorphisme sexuel marqué, avec des mâles nettement plus grands que les femelles.
 

  georgicus2.jpg femur-dmanissi.jpgd2280.jpgd2282.jpg 

Mandibule D-2600 et fémur d'Homo georgicus - Crânes D-2280 et D-2282

Christophe DEFRANCE - Lycée de l'Escaut - Valenciennes

 

 


Date de création : 07/10/2007 ~ 09:31
Dernière modification : 05/01/2014 ~ 10:23
Catégorie : Hominidés - Les premiers Hommes
Page lue 16915 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !