Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

hommesrecents/sapiens/tianyuan_petit.jpgDécouverte d'un fossile d'Homo sapiens dans la grotte de Tianyuan - par Christophe_Defrance le 04/03/2008 ~ 13:44
Découverte de l'Homme de Tianyuan ( - 40 000 ans ) : l'interprétation des 34 fragments d'ossements du squelette d'un Homo sapiens découverts en 2003 dans une grotte de Tianyuan à Zhoukoudian, près de Pékin, a été publiée dans PNAS (Proceding of the National Academy of Sciences journal) par Hong Shang, du service de recherche paléoanthropologique de l’Académie chinoise des Sciences et ses collègues. Et ce qu'ils révèlent pourrait amener les paléoanthropologues à revoir la théorie de dispersion de l'homme moderne venant d'Afrique. 
Les ossements, une mandibule, des dents, un fémur et un tibia, possèdent des caractéristiques correspondant à celles des Homo sapiens modernes, et une minorité de traits qui s’apparentent davantage à des hommes plus primitifs, notamment les dents. Ces dents ont par ailleurs permis d’estimer l’âge de sa mort entre 40 et 50 ans. Plusieurs dents étaient manquantes ce qui n'est pas étonnant vu l'âge du défunt. A noter que l'absence de restes du bassin empêche toute étude pour déterminer le sexe du squelette. L'étude des restes de l'orteil semblent indiquer que cet ancêtre portait des "chaussures". Ce qui repousse de 10 000 ans dans le passé l'existence de ce type d'habillement chez Homo sapiens.
tianyuan.jpgpied_tiayuan.jpg 
La mandibule et les os du pied
La datation au Carbone 14 a été réalisée directement sur les ossements et indique que cet être humain vivait entre - 42 000 et - 38 500 ans. La datation est importante car elle permet de définir la propagation des Homo sapiens en Asie à cette période. Selon les théories les plus communément admises jusqu'à présent, une migration d'Homo sapiens venus d'Afrique orientale aurait envahi l'Europe et l'Asie il y a entre 65.000 et 25.000 ans, où ils auraient supplanté puis remplacé des populations autochtones plus primitives. Avant cette découverte, les scientifiques ne pouvaient se baser que sur un fossile retrouvé dans la grotte de Niah (Bornéo), et sur d'autres spécimens découverts au Liban. En s’appuyant sur cette découverte, et sur des ossements légèrement plus jeunes et ayant le même mélange de caractéristiques morphologiques découverts en Eurasie orientale, les chercheurs pensent qu’il n’y aurait pas eu qu'une seule migration d’Homo sapiens venue d’Afrique orientale vers l’Europe et l’Asie. Il y aurait eu mélange de genres et de gènes. Par ailleurs, les scientifiques indiquent que ces ossements devraient offrir de précieuses informations sur la biologie de ce spécimen et permettre de reconstituer la transition entre les humains primitifs et les humains modernes en Eurasie orientale.
Les caractéristiques de l’homme de Tianyuan indiquent une contribution africaine et confirment que la sortie d'Afrique d'Homo sapiens a été un événement complexe qui s'est opéré en plusieurs vagues. Erik Trinkaus (Washington University, St Louis, USA),  qui propose la théorie du métissage entre l’homme moderne et des hommes plus primitifs, pense que cela montre qu’il y a eu mélange des genres et des gènes… Une analyse que sont loin de partager tous les anthropologues et qui n’a pour l’instant pas été étayée par les rares analyses génétiques menées sur les fossiles.