Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

culture/mesolithique/inrap.jpgDécouverte d'un site mésolithique à Paris - par Christophe_Defrance le 02/07/2008 ~ 21:23

Découverte du plus ancien site de peuplement à Paris. L'INRAP ( Institut National de Recherches Archéologiques Préventives ) a signalé le 25 juin 2008 la découverte d'un site de peuplement remontant à plus de 5.000 ans avant notre ère ( ce qui donne un âge de - 7000 ans environ correspondant au Mésolithique ) dans le XVe arrondissement de Paris, près de la Seine. La zone étudiée ( environ 5.000 m2 ) est située entre le boulevard périphérique et la commune d'Issy-les-Moulineaux ( Hauts-de-Seine ). La découverte a été faite à l'occasion de la construction d'un centre de collecte sélective des déchets de l'agglomération parisienne. Un grand nombre d'outils ( flèches en silex de 1 à 3 cm, percuteur en grès servant à débiter les lamelles de silex, grattoirs pour le travail des peaux ), des restes de foyer et des os d'animaux chassés ont été mis à jour. Le seul autre site du Mésolithique en Ile-de-France connu auparavant se trouve à Rueil-Malmaison.

farman.jpgimage-silex.jpg

Le chantier de fouilles - Pointe de flèche en silex et percuteur en grès ( photographies Denis Gliksman / INRAP )

Le foyer témoigne d'un d'un bivouac. La responsable des fouilles, Bénédicte Souffi, pense que le site a été occupé à plusieurs reprises par des nomades qui venaient à cet endroit se procurer le silex des alluvions de la Seine. Ces chasseurs-cueilleurs taillaient sur place les pointes de flèche, qu'ils fixaient ensuite à l'aide d'une résine à une hampe de bois. Les populations du Mésolithique ont vécu pendant une période inter-glaciaire, après la disparition du mammouth et du renne, dans un paysage de forêt tempéré : les fragments d'os permettront de dater les différentes périodes d'occupation et de déterminer les espèces chassées ( cerf, sanglier, chevreuil… ) et les charbons trouvés dans le foyer fourniront des informations sur la végétation de la région à cette période. Le limon de la Seine qui a rapidement recouvert le gisement, puis par les remblais de 2 mètres de haut mis en place au XVIIIe et XIXe siècle pour protéger Paris des crues de la Seine, ont permis la conservation exeptionnelle du site.

Le SYCTOM a mis en ligne un document présentant la découverte. Il est téléchageable à l'adresse suivante : http://www.syctom-paris.fr/pdf/doc/inrapparisxv.pdf