Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

hommesrecents/heidelberg/arago_119_petit.jpgDécouverte d'une mandibule d'Homo heidelbergensis à Tautavel - par Christophe_Defrance le 12/07/2008 ~ 08:45

Découverte d’une mandibule d’Homo heidelbergensis à Tautavel. Le Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel ( Roussillon ) a mis à jour, dans la Caune de l’Arago, une nouvelle mandibule humaine anté-néandertalienne : Arago 119. Elle a été découverte le 19 juin 2008 par Audrey Lee, qui participait à un stage de fouilles, et entièrement dégagée le 9 juillet. Elle est située sur le sol d’occupation d’un campement de chasseurs acheuléens daté de - 450 000 ans. Marie-Antoinette de Lumley, qui dirige les fouilles sur le site depuis 1964 avec son époux, le professeur Henry de Lumley, a sorti la mandibule de terre et l'a ensuite présentée au public (voir la vidéo) .

arago_119.jpgarago_119_b.jpglumley.jpg

La mandibule Arago 119 - Marie-Antoinette et Henry de Lumley

Il s'agit d'une mandibule partielle avec deux dents, traduisant un appareil masticateur puissant. C’est le 119ème reste humain découvert sur le site et la quatrième mandibule (après Arago 2, 13, 89). Elle est attribuée à une femelle de l'espèce Homo heidelbergensis, âgée de 30 ans (âge très avancé à cette époque). Son étude permettra de mieux connaître la variabilité de ces anciens habitants de l’Europe. "C'est une découverte très importante, car il y a très peu de mandibules découvertes jusqu'à présent en Europe. Moins de 10 mandibules antérieures à 400.000 ans ont jusqu'ici été découvertes", a déclaré le professeur Henry de Lumley. Ces hommes, qui ne maîtrisaient pas encore le feu, consommaient cru le produit de leur chasse : cheval, bison, rhinocéros, renne ou bœuf musqué … qui occupaient le littoral méditerranéen pendant cette longue période glaciaire (tramontane soufflant jusqu'à 130 km/h et température de 8°C en moyenne). Cette mandibule se situe dans un dépôt de boucherie, ce qui suggère un cannibalisme rituel (consommation de la langue ?), comme le traduit l'examen des 110 ossements humains découverts jusqu'ici dans la grotte : pas un seul squelette entier, pas de côtes ni de vertèbres, uniquement des crânes ou des morceaux de crânes, quelques vestiges de fémurs ou de tibias. Il y a donc eu sélection des os.