Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

culture/sepulture/camino1.jpgDécouverte d'une nécropole du Chalcolithique en Espagne - par Christophe_Defrance le 29/01/2009 ~ 10:33
Découverte du plus grand cimetière préhistorique d'Espagne.  C'est sur le site de "Camino del Molino" près de Murcie (Espagne)) qu'une équipe d'archéologues composée de Mariano Lopez Ramos Martinez, Francisco Martinez et Joaquin Lomba Maurandi a mis à jour les restes de ce qui est la plus grande nécropole préhistorique hispanique. Débutées en février 2008 les fouilles ont déjà permis d'exhumer les restes fossilisés de plus de 1300 individus, enterrés sur une période de plus de 400 ans. Différentes méthodes de datations absolues ont été pratiquées pour déterminer les époques d'ensevelissement : elles indiquent un âge compris entre - 4400 ans et - 3950 BP (au Chalcolithique). Ce type de cimetière collectif utilisé sur une aussi longue période est différent des habitudes funéraires de l'époque. Les corps ont été placés en position fœtale.

enterramiento2.jpgenterramiento1.jpg

Les scientifiques estiment qu'une communauté d'une soixantaine de personnes devait vivre sur ce site il y a environ 6000 ans. Une fois le dégagement de tous les squelettes achevé, les études au laboratoire devraient permettre de reconstituer le mode de vie de cette petite communauté. Les informations fournies sont nombreuses et variées (caractères physiques, habitat préhistorique, mode d'alimentation à cette époque, …). La quantité  importante de corps découverts permettra également de déterminer la longévité de ces hommes, les éventuelles carences alimentaires, les maladies et affections dont ils souffraient (paléopathologie). Ce site extrêmement riche a également livré une cinquantaine de squelettes de chiens accompagnant leurs maîtres dans la tombe, ainsi qu'une importante quantité d'outils et objets usuels comme des pots en céramique, des silex, des pointes de flèches, des colliers et même des poignards. Certaines tombes étant plus riches en matériel que d'autres, les scientifiques pensent que celles-ci devaient accueillir le cadavre d'un individu remarquable dans son rang social ou hiérarchique.