Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

hommesrecents/neandertal/neand_petit.jpgLes Experts de la préhistoire : analyse ADN de l'Homme de Neandertal - par Christophe_Defrance le 14/02/2009 ~ 15:13
Les experts de la Préhistoire : décryptage du génome de l'Homme de Neandertal. Svante Pääbo - et son équipe de chercheurs de l'Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutive de Leipzig - a annoncé avoir décodé 60% de l'ADN nucléaire d'un Homme de Neandertal. Présentés le 12/02/2009 au congrès de la Société Américaine des Sciences à Chicago, ces résultats sont l'aboutissement de plus de 10  ans de recherche sur le séquençage de l'ADN ancien. Pääbo et son équipe ont collaboré avec la société 454 Life Science afin de mettre au point de nouvelles techniques permettant de décoder de très courtes séquences d'ADN en évitant les contaminations par l'ADN des micro-organismes présents sur les fossiles et celui des humains modernes ayant manipulé les ossements.
labo.jpgpaabo2.jpgvindjia.jpg
Laboratoire du Max Planck Intitute                                          Svante Pääbo                                                                          La grotte de vindjia

L'ADN séquencé provient principalement d'ossements d'un fossile trouvé dans la grotte de Vindjia (Croatie) daté de 38000 ans : 3 milliards de paires de nucléotides (soit l'équivalent de 60% du génome d'un mâle) ont ainsi pu être séquencées à partir d'un échantillon d'os pesant à peine 0.5 gramme. Cette équipe a également analysé des séquences de plusieurs millions de bases obtenues sur des fossiles retrouvés en espagne et dans le Caucase afin de s'assurer que le fossile de Vindjia est bien représentatif de l'espèce. Elle a également obtenu l'autorisation de prélever un échantillon sur le fossile découvert dans la vallée de Neander (Allemagne) en 1856 et qui a donné son nom à cette espèce. Une comparaison avec l'ADN nucléaire des Homo sapiens et des Hominidés (grands singes anthropomorphes) sera possible, qui devrait permettre de préciser les phylogénies et les relations de parenté de l'homme moderne avec les néandertaliens. Les premiers résultats confirment qu'il n'y aurait pas eu de reproduction entre ces deux espèces distinctes, mais cette première ébauche du génome de l'Homme de Neandertal doit encore être complétée et affinée.
A lire : le dossier spécial sur ces travaux dans le Sciences & Avenir de mars 2009.