Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

hommesrecents/flores/petit_pied.jpgDu nouveau sur l'Homme de Flores - par Christophe_Defrance le 07/05/2009 ~ 18:09

Le Hobbit avait de grands pieds ! Deux nouvelles études sur Homo floresiensis, publiées dans la revue Nature du 7/05/2009, apportent un nouvel éclairage sur cet homininé qui vivait entre - 95000 et - 17000 ans sur l'île de Flores. La première, réalisée par Eleanor Weston et Adrian Liston, du Musée d'Histoire Naturelle de Londres (Grande Bretagne), compare la réduction du crâne de l'Homme de Flores avec celle d'une espèce naine d'hippopotames de Madagascar. L'isolement insulaire entraine une réduction du volume endocrânien chez ces hippopotames qui atteint jusqu'à 30 % de celui d'origine des hippopotames africains. La petitesse du crâne de l'Homme de Flores serait donc une adaptation à son environnement insulaire.


pied_tibia.jpg

Pied gauche de LB1, tibia droit et fémur gauche


La seconde étude, menée par William Jungers et ses collègues (Stony Brook University, USA) , porte sur l'étude détaillée de son pied. Le pied d'Homo floresiensis est différent de celui d'un Homo sapiens. Son anatomie est compatible avec la station debout et la bipédie : gros orteil aligné avec les autres doigts de pied, pied rigide permettant une bonne propulsion ... mais présente également un certain nombre de particularités. En premier lieu, ce pied est très long, il représente plus de la moitié de la longueur du fémur (alors que chez Homo sapiens, le pied est plus court, d'une taille équivalente à la moitié de la longueur du fémur). Le gros orteil ressemble à celui des chimpanzés et les os du tarses présentent des similitudes avec ceux des grands singes : la voûte plantaire est inexistante, ce qui empèche la course sur de longues distances. On retrouve un mélange de caractères primitifs et modernes comme pour les études menées sur l'omoplate ou le poignet de l'Homme de Flores.
Homo floresiensis correspond bien à une nouvelle espèce et non pas à un Homo sapiens atteint d'une quelconque pathologie. W. Jungers pense qu'il serait un lointain descendant d'un Homo erectus très ancien, qui a subi une réduction de son corps ou le représentant d'une nouvelle espèce primitive issue d'un ancêtre provenant d'Afrique beaucoup plus tôt que n'importe qui aurait pu le prédire. Deux hypothèses à étayer par d'autres découvertes ...