Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

hommesrecents/neandertal/cerveau_petit.jpgDu nouveau sur le cerveau de l'Homme de Neandertal - par Christophe_Defrance le 12/11/2010 ~ 18:13
Des développements cérébraux différents chez l'Homme de Neandertal et Homo sapiens. Dans une étude publiée dans la revue Current Biology du 09 novembre 2010, une équipe de paléontologues du département d'évolution humaine de l'Institut Max-Planck, à Leipzig (Allemagne), dirigée par P. Gunz, S Neubauer, B. Maureille et J.J. Hublin, vient de montrer qu'il y a, dans le développement du cerveau d'Homo sapiens, une phase spécifique que l'on ne retrouve pas chez Néandertal. La clé de ces travaux a été la reconstruction du crâne d’un nouveau-né néandertalien, découvert en 1914 par une équipe d'archéologues français près de Moustier en Dordogne. En l'analysant, au moyen de techniques sophistiquées d'analyse (scanner, rimagerie virtuelle en 3 dimensions), les scientifiques ont pu reconstituer le développement précoce du crâne chez les enfants néandertaliens : ils ont découvert que l'empreinte (ou endocrâne) laissée par leur cerveau à l'intérieur de la boîte crânienne est très proche de celle d'un bébé moderne, mais que la croissance s'effectue ensuite selon un mode plus primitif. Dans l'année qui suit la naissance, en effet, seul le cerveau du jeune Homo sapiens prend une forme globulaire caractéristique tandis que celui de Neandertal reste plus allongé (comme chez les autres ancêtres et cousins de l'homme dont le chimpanzé). La précocité de cette phase suggère qu'elle influe sur l'organisation neuronale et synaptique du cerveau en cours de croissance et que l’Homme de Neandertal avait sans doute des fonctions cognitives différentes des nôtres. Il ne devait probablement pas avoir la même perception du monde que nous.
 
cerveau_neandertal.jpg
 
Les hommes de Néandertal qui ont colonisé l'Europe entre -400.000 et- 30.000 ans, avant d'être supplantés par les Homo sapiens, venus d'Afrique et du Moyen-Orient, ne sont désormais plus considérés comme des brutes épaisses comme à l'époque de leur découverte. Ils sont désormais perçus comme des êtres intelligents, sensibles, pacifiques. Néandertal enterrait ses morts, vivait en groupes bien structurés, maîtrisait probablement le langage, portait peut-être même des peintures corporelles… Le volume de son encéphale est même légèrement supérieur au notre.
Jean-Jacques Hublin et ses collègues rappellent que ce n'est pas parce que les hommes modernes et de Néandertal ont un cerveau de taille comparable que leurs capacités intellectuelles sont équivalentes. Plus que le volume de matière grise, c'est l'organisation interne du cerveau qui importe !