Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

culture/sepulture/al_petit.jpgUne tombe épipaléolithique en Jordanie - par Christophe_Defrance le 08/02/2011 ~ 18:07
Découverte de rites funéraires de l'Epipaléolithique. Le  site d'Uyun al-Hammam en Jordanie a été découvert en 2000 et étudié par Edward Banning (Université de Toronto au Canada) et Lisa Maher (Centre d'études sur l'évolution de l'Homme, Université de Cambridge). Il est localisé sur la terrasse d'une ancienne rivière dans la petite vallée de Wadi Ziqlab, un site archéologique déjà connu. Il est daté de 16 500 ans environ. Les premières tombes ont été ouvertes en 2005 et ont fourni de nombreuses informations sur la période Épipaléolithique (de - 23 000 à - 11 600 ans), la dernière phase de la Préhistoire, succédant au Paléolithique supérieur. Le site a livré les restes d'au moins 11 individus, ce qui en fait le plus vieux cimetière du Moyen Orient (les plus anciennes sépultures connues auparavant dans la région sont du Natoufien de -14 500 à -11 600 ans). Les résultats de l'étude - publiée dans PLoS One - de deux tombes adjacentes montrent des pratiques funéraires originales :
- dans la première, ils ont exhumés les restes d'un couple : le squelette de l'homme était plus ancien que celui de la femme. A ses cotés, les scientifiques ont découverts divers objets (outils de pierre, cuillère en os, restes de cervidés, de gazelles, de bovidés sauvages, ocre…) et un os de renard.
- Dans la seconde tombe, ils ont trouvé d'autres restes humains, appartenant au même homme, et le squelette du même renard. Le crâne de l'animal et l'humérus droit sont manquants mais les chercheurs ont pu déterminer qu'il s'agissait d'un renard roux. Pour une raison inconnue, ces 2 dépouilles ont donc été déplacées d'une tombe vers l'autre. Le déplacement et la position d'un corps dans une sépulture sont hautement symboliques, aussi l'équipe accorde-t-elle une grande importance au fait que le renard ait été déplacé avec l'homme, tandis que les objets funéraires sont restés au même endroit.

tombes_I_VIII.jpg
Tombes I et VIII
 

Les auteurs envisagent l'hypothèse que le Renard a été tué et enterré avec son propriétaire, ce qui traduirait une tentative de domestication de cette espèce (qui a ensuite été abandonnée au profit du chien). D'autres hypothèses sont envisageables : une façon particulière de traiter des restes animaux dans une société de chasseurs-cueilleurs, des rapports particuliers entre un homme et un animal ... En tout cas, la découverte de ces pratiques funéraires humain-animal fournit des indices sur le développement de l'idée de la mort et sur les débuts de la domestication d'animaux ressemblant au chien.

Tombes_III_IV_VII.jpgrenard.jpg
Tombes III, IV et VII (sans déplacement des squelettes) - Crâne du renard roux dans la tombe I (après reconstruction)   (Photos : PLos ONE)