Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

australo/sediba/main_petit.jpgDu nouveau sur Australopithecus sediba - par Christophe_Defrance le 11/09/2011 ~ 12:39
Nouvelles publications sur Australopithecus sediba. Lee Berger, professeur à l’Université de Witwatersrand (Afrique du Sud) découvre en 2008 une clavicule fossilisée d’Homininé dans la région de Malapa, au nord de Johannesbourg, à proximité des sites de Sterkfontein et de Swartkrans. Les fouilles entreprises depuis lors ont permis de dégager plus de 220 ossements bien conservés appartenant à au moins cinq individus jeunes et adultes des deux sexes. Cette nouvelle espèce âgée de 1,98 millions d’années a été dénommée Australopithecus sediba. Une étude détaillée de ces fossiles, publiée dans Science, montre un mélange de caractères de grands singes , d'autres très humains et  certains qualifiés de "mixtes".
La main d’A. sediba avait une pince très précise entre son pouce et son index (sans utiliser la paume) : son pouce est relativement long par rapport à ses doigts, et bien musclé, ce qui lui aurait permis une manipulation des objets compatible avec la fabrication d’outils, affirment les paléoanthropologues. Pour l’instant aucun outil n’a été retrouvé mais les fouilles se poursuivent à Malapa. Le poignet d’A. sediba est plus proche de celui de l’homme moderne que le poignet d’Homo habilis, selon les chercheurs. Cependant sa main possède aussi des caractères archaïques, comme cette flexion permettant de grimper facilement aux arbres.

sediba_main.jpg
 

Le bassin de l’australopithèque femelle de Malapa est en moins plat et plus large que celui de Lucy et davantage en forme de"coupe" comme celui des humains. L'évolution du bassin peut être corrélée avec celle de la taille du cerveau et donc du crâne des nouveau-nés. Mais le cerveau de A. sediba est du même volume que celui des autres australopithèques. Ici, ce serait plutôt les paramètres locomoteurs qui auraient influencés la modification de la forme du bassin : la bipédie est confirmée par l'orientation de la jambe et l'os de la cheville qui sont quasiment humains. Le pied a un talon étroit comme chez les grands singes mais possède une voûte plantaire et un tendon d’Achille plus proche de celui des Homo bipèdes. La démarche d’A. sediba sur deux pieds était sans doute différente de ce que l’on connaît jusqu’à présent et il devait utiliser deux modes de locomotion, la bipédie et la brachiation (déplacement dans les arbres).
 
sediba_bassin.jpg

Comparaison du bassin d'A. sediba avec celui d'A. africanus (Kibii & al, Science)

Des études menées au synchrotron de Grenoble ont permis d'obtenir une image précise à 90 microns près de l'intérieur du crâne de l'adolescent de Malapa : l'encéphale a un faible volume de 420 cc, avec un pôle frontal et un lobe olfactif élargis, proches de ceux des hommes, chez qui ils sont associés à des capacités cognitives, comme la planification. La réorganisation du cerveau suivant un modèle humain aurait été très précoce, précédant l’augmentation du volume cérébral.

leeBerger_IRM.jpgendocrane.jpgAsediba_endocrane.jpg

En se basant sur cette combinaison de caractères, Lee Berger envisage une nouvelle hypothèse sur la phylogénie des Hominidés et l'origine du genre Homo :

 
phylogenie.gif