Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

culture/venus/villers_petit.jpgLa dame de Villers-Carbonnel - par Christophe_Defrance le 11/12/2011 ~ 15:59
Découverte d'une vénus du Néolithique à Villers-Carbonnel. Les archéologues de l’INRAP qui fouillent le tracé du canal Seine-Nord-Europe ont découvert une statuette de Vénus datant du Néolithique, baptisée la Dame de Villers-Carbonnel du nom de la commune où est situé le site, sur la rive gauche de la Somme. Les archéologues ont dégagé deux vastes enceintes appartenant à la culture chasséenne (environ 4300-3600 avant notre ère) : la plus ancienne définit un espace de 6 hectares environ, délimité par un fossé et une palissade et une seconde, plus vaste (supérieure à 15 hectares) comportant également une palissade et ponctuée sur l'extérieur de tronçons de fossés, qui abritait bâtiment, fossés, trous de poteau, fours... Ils ont d'abord retrouvé des fragments de la statuette dans un four dont la voûte de terre s’est effondrée, puis, après remontage des fragments, la statuette s’est révélée entière.

villers_carbonnel.jpgcourrier.jpg
Photo : D. Bossut (INRAP)

 

La statuette en pierre cuite, d'une hauteur de 21 cm, est modelée à partir d’une plaque d’argile rectangulaire. Ses hanches sont larges et accentuées ; les fesses proéminentes viennent amplifier le déséquilibre entre la partie inférieure du bassin et la taille étroite et fine. Les bras sont esquissés par deux bourrelets au niveau des épaules, mais ne sont pas réellement figurés, pas plus que les mains. Le sexe n’est pas représenté, mais les seins sont formés par l’ajout de deux petites boules de pâte légèrement étirées. La tête enfin, très stylisée et sans visage, est constituée d’un simple cône. Cette statuette féminine possède des lignes pures mais asymétriques, par exemple au niveau des seins et des jambes. Comme pour de nombreuses vénus préhistoriques
, la statuette est stylisée, avec une forte abstraction de la représentation du corps féminin, marquée par la largeur des hanches et les seins.
Le caractère exceptionnel de la découverte tient à la fois à l'intégrité de la statuette et de la rareté des figurations féminines retrouvées au Néolithique moyen.