Vous êtes ici :   Accueil > Nouvelles
 
Nouvelles

australo/taung/cerveau_accouchement.jpgCerveau des Australopithèques et accouchement - par Christophe_Defrance le 12/05/2012 ~ 10:51
Structure du crâne, accouchement et développement cérébral chez les Australopithèques. Une équipe de scientifiques de l'Université de Floride dirigée par Dean Folk, aidée de chercheurs de l'Université de Zurich, a comparé chez différents Hominidés (grands singes, Australopithèques, Homo archaïques et modernes) l'évolution de la suture métopique : cette segmentation de l'os frontal du foetus jusqu'après la naissance permet l'accouchement de bébés aux crânes - et donc aux cerveaux - volumineux mais malléables. La persistance de cet avantage évolutif peut être mise en relation avec la taille du cerveau chez l'adulte et le type de bipédie pratiquée.

taung_tomographie.jpg

Tomographie du crânede l'enfant de Taung

La pièce maîtresse de l'étude est le crâne de l'
enfant de Taung - découvert en 1924 en Afrique du Sud par Raymond Dart. Ce jeune Australopithecus africanus était âgé d'environ 4 ans : il est composé d'une face, d'une mâchoire inférieure et d'un moulage endocrânien naturel fait de débris rocheux et qui a pu être reconstitué par tomographie informatisée. Il est possible d'observer la suture entre les os crâniens sur ce spécimen. L'analyse de ce crâne et celle de plusieurs centaines de Chimpanzés et Bonobos, de plus de 1000 hommes modernes et de 62 formes fossiles d'australopithèques, Homo erectus et Homo neandertalensis a permis de mettre en évidence que, chez les grands singes, la suture métopique se ferme (l’os frontal se soude en un bloc) très peu de temps après la naissance, tandis que chez l'enfant de Taung et les autres homininés étudiés, cette soudure commence seulement après l'éruption des premières molaires, vers 2 ans, remontant chez l'homme actuel de la racine du nez vers la fontanelle (comme une fermeture éclair qui se ferme), pour s’achever vers l’âge de 6 ans (résultats publiés dans PNAS du 7 mai 2012).

metopique_chimpanze.pngmetopiquehomme.png

Comparaison des sutures métopique chez le Chimpanzé et l'Homme
 

Pour les chercheurs, les pressions sélectives favorisant cette fusion retardée chez les Homininés pourraient résulter de trois aspects :
  • la difficulté de donner naissance à des bébés à grosse tête au travers de canaux de naissance reconfigurés par la bipédie (modifications de la structure du bassin) ;
  • le fort taux de croissance post-natale précoce du cerveau ;
  • le réorganisation et l'expansion du néocortex frontal.
Pour résumer, ces données indiquent que l'évolution du cerveau des Homininés s'est produite dans un réseau complexe de contraintes foetalo-pelviennes qui a nécessité une modification des modes d'ossification neuro-crânienne frontale. Cette évolution est compatible avec un accouchement facilité et un fort taux de développement cérébral. Il convient cependant de tenir compte de la variabilité de l'âge de la fermeture de la suture métopique et de confirmer chez d'autres fossiles que l'enfant de Taung ou à partir d'autres indicateurs (comme la soudure de la fontanelle) pour avoir de certitudes chez les Australopithèques.